Hans Hartung, au commencement la foudre

Un film de Romain Goupil

 

Une vie d’abord marquée par l’exil, la lutte avec le nazisme, la perte d’une jambe à la guerre, puis une gloire mondiale et l’intégration dans les plus grands musées du monde : tel est le destin extraordinaire et contrasté de Hans Hartung. Cet homme né à Leipzig en 1904 a traversé le siècle et réinventé la peinture par une abstraction foisonnante, effusive, explosive. Il est mort à Antibes en 1989, dans la fabuleuse villa-atelier qu’il fit construire et qui est aujourd’hui encore intacte. Ancien légionnaire, malmené par la gestapo, fait prisonnier à plusieurs reprises, Hartung est l’exemple absolu de la ténacité humaine et artistique. Il a cru suffisamment en son art fait de taches, de traits rageurs, et de techniques qu’il tenait secrètes ou presque, pour s’imposer de Tokyo à New York et devenir l’ami des plus grands, de Mark Rothko à Pompidou, de Césaire à Pierre Soulages, et pour être admiré aujourd’hui de Godard ou Larry Clark. Son trajet épouse aussi celui du XXe siècle : son dernier tableau est fait une semaine après la chute du Mur de Berlin, libérant l’est de son Allemagne natale, où il ne put jamais revenir après la guerre… Son credo, le voici : « ce que j’aime, c’est agir sur la toile. Agir ? C’est gratter, déchirer, tacher, envahir la toile de couleurs, bref tout ce qui n’est pas peindre. »

 

RÉALISATION
Romain Goupil

AUTEURS(s)
Romain Goupil et Thomas Schlesser

 

Durée : 52'

Coproduction : ARTE

En partenariat avec : Fondation Hartung Bergman

 

- ÉGALEMENT AU CATALOGUE -