PALESTRO, ALGÉRIE : HISTOIRE D'UNE EMBUSCADE
Un film de Raphaëlle Branche & Rémi Lainé

PALESTRO, ALGÉRIE : HISTOIRES D’UNE EMBUSCADE

14.40 €

18 mai 1956 en Algérie. Vingt et un militaires français tombent dans une embuscade montée par des maquisards du Front de Libération National (FLN) sur les hauteurs des gorges de Palestro. En traversant la Méditerranée pour comprendre les violences qui ont marqué l’histoire coloniale, en recueillant les témoignages du côté français et algériens, le film met à l’honneur récits algériens et récits français afin d’éclairer les relations entre les deux pays.

La page du film

En stock

Description du Produit

Un film de Raphaëlle Blanche et Rémi Lainé

18 mai 1956 en Algérie. Vingt et un militaires français tombent dans une embuscade montée par des maquisards du Front de Libération National (FLN) sur les hauteurs des gorges de Palestro. En traversant la Méditerranée pour comprendre les violences qui ont marqué l’histoire coloniale, en recueillant les témoignages du côté français et algériens, le film met à l’honneur récits algériens et récits français afin d’éclairer les relations entre les deux pays.
18 mai 1956. Vingt et un militaires français tombent dans une embuscade montée par des maquisards du Front de Libération National (FLN) sur les hauteurs des gorges de Palestro. Ce sont des rappelés, ouvriers, pères de famille. Les corps des soldats sont retrouvés mutilés. L’embuscade suscite une émotion considérable. Dans la presse, au Parlement, l’adversaire est renvoyé à une prétendue barbarie originelle. Le gouvernement décide le renforcement de l’envoi des troupes et accentue la répression. 

À partir d’une véritable autopsie de ce fait guerrier, nourrie de témoignages recueillis côté français et algérien et de documents pour la plupart inédits, le film remonte le cours des violences qui ont marqué l’histoire coloniale de cette vallée des contreforts de la Kabylie. 

L’acte guerrier fait écho à d’autres faits violents que l’on se raconte dans les familles de génération en génération. Ainsi se transmettent par les chants, les récits et les reliques, des histoires ponctuées de tueries, de dépossession des terres et d’exodes. Et on s’interroge : quelle fut la durée réelle de la guerre d’Algérie ? N’aurait-elle pas plutôt éclaté dès 1830 ?