Isabelle Antunès

Isabelle Antunès est née le 19 mai 1967 à Cannes (France) dans une famille multiculturelle (de nationalités espagnole et portugaise de Tanger-Maroc, française et tchèque). A l’âge de 15 ans, elle émigre en Australie avec ses parents, qui souhaitent prendre un nouveau départ, et découvre les grands espaces, la voile, les communautés aborigènes et l’énergie de ce pays neuf. De retour en France à 20 ans pour ses études, elle réalise plusieurs émissions radio pour France Culture et un film documentaire sur l’Australie et le peuple Tiwi qui remettent en question les idées préconçues de l’époque.

C’est à cette occasion qu’elle rencontre Joël Bonnemaison, géographe à l’IRD (ex-ORSTOM) qui accepte de l’initier à la géographie et de diriger une thèse en géographie culturelle sur une étude comparative de deux communautés de pêcheurs situés à l’est et à l’ouest de l’archipel indonésien. Ce travail nécessitera trois ans de recherche sur le terrain et Isabelle soutiendra sa thèse de doctorat intitulée “ Le développement local de la pêche en Indonésie, entre unité politique et diversité culturelle” en 2000 à la Sorbonne.

Depuis, Isabelle a acquis une expérience de 15 ans dans le monde de la coopération et du développement en Asie-Pacifique (Indonésie, Pakistan, Bangladesh, Nouvelle-Calédonie) et en Afrique (Sénégal, Côte d’Ivoire, Maroc, Bostwana). Elle a travaillé pour les organisations internationales, les gouvernements, les instituts de recherche, les ONG et le secteur privé, assurant la gestion, la liaison et coordination, et la direction d’équipes de projets de développement rural et de développement de la pêche (IRD, MAEE, Province des Iles Loyauté, FAO, projet USAID), les relations publiques et la communication stratégique (Morpho ex-Sagem Sécurité – Groupe Safran).

En parallèle des postes qu’elle a occupés, l’image est restée son outil de prédilection pour communiquer et faire avancer le développement. Après avoir doublé sa thèse d’un 52′ grand public intitulé « Rêve de pêche en Indonésie » diffusé sur France 2, France 3, La Cinq, RFO et TV5 Monde, elle signe en 2006 “ La tomate au Sénégal, celle qu’on s’arrache », un 52′ sur la formidable histoire de la filière tomate au Sénégal, un partenariat réussi entre 14 000 producteurs et un industriel français, diffusé sur le réseau télévisé français et ouest-africain, et sélectionné au Festival Vues d’Afrique à Montréal. Ce film aura eu le mérite de donner une image positive de l’Afrique et d’encourager les jeunes à revenir travailler les terres, mais aussi d’inciter le gouvernement à protéger la filière et les paysans contre les importations massives.

Avec La fabrique du géographe, elle écrit, réalise et produit des films documentaires de qualité sur des initiatives locales réussies et fragiles, les solutions apportées par une communauté pour améliorer son quotidien ou encore des expériences prometteuses.